Depuis le 1er août 2017, Badr Biede a enfilé la casquette de nouveau DG de l’ANAF. À 35 ans, le jeune homme originaire de Toulouse entend bien faire résonner sa voix et faire avancer les débats autour de l’apprentissage. Quel est son parcours ? Quels sont ses projets pour l’asso ? Comment va-t-il les mettre en œuvre sur les mois à venir ? On fait le point dans cet article !

Un cursus universitaire juridique, des débuts prometteurs à la Chambre de Commerce et d’Industrie Midi-Pyrénées en tant que conseiller Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) auprès de TPE-PME et groupes, une expertise sur les questions de Développement Durable et une maîtrise forte des projets d’investissement inclusif : Badr Biede, a plusieurs cordes à son arc. Proche du monde associatif, dont il partage les valeurs, il découvre l’alternance au moment de la réforme LMDE. À cette époque, il s’implique pendant deux ans en tant qu’élu étudiant, échange avec les alternants et se rend compte de la nécessité d’agir pour améliorer leurs conditions. Après cette expérience, c’est donc naturellement qu’il décide de s’investir dans l’association. Et lorsqu’on l’interroge sur les raisons qui l’ont poussé à rejoindre l’ANAF, Badr Biede n’y va pas par quatre chemins :

“je souhaite impulser une nouvelle dynamique au niveau de la qualité de l’apprentissage. Mon ambition ? Être acteur des réformes et des mutations qui se dessinent sur la scène française dans le monde de l’apprentissage. Dans ce cadre, je pense que l’ANAF a un rôle important à jouer”.

 

390 000 visiteurs sur la plateforme web Filme Ton job (FTJ)

 

À son arrivée à la tête de l’ANAF, Badr Biede est agréablement surpris par le potentiel de l’association et les résultats de son action, déjà visibles. Il découvre notamment que la plateforme sociale Filme Ton Job lancée par l’ANAF jouit d’une très belle visibilité, avec près de 390 000 visiteurs uniques, et réunit presque les ⅔ des apprentis en France

“Ces chiffres témoignent de la valeur ajoutée de l’association au niveau de la sensibilisation et de la promotion de l’apprentissage, sur le plan régional et national, se réjouit Badr. Ils sont le fruit d’un travail de longue haleine mené depuis 2012. Ce résultat n’aurait d’ailleurs pas été possible sans le soutien des équipes de la région, mais aussi de nos CFA et entreprises partenaires, qui font un travail remarquable au quotidien”.

De ce fait, l’ANAF est actuellement un acteur incontournable sur les sujets de l’apprentissage et le nouveau directeur général compte bien faire de l’asso une véritable partie prenante dans les concertations autour de l’apprentissage. Pour mener à bien cette mission, il compte notamment s’appuyer sur sa vision transverse et son expertise RSE auprès des PME et de la jeunesse , convaincu qu’il s’agit là d’un enjeu capital pour les générations de futurs apprentis. Il entend aussi s’appuyer sur sa créativité et sa force d’adaptation pour co-construire des projets durables avec des partenaires de choix.

 

Tutorat, apprentissage inclusif, réseau d’alumni : les chantiers de l’ANAF

 

Fort du succès de la plateforme FTJ, sur laquelle les apprentis partagent conseils, erreurs et apprentissages autour de l’alternance, Badr Biede compte aller encore plus loin en passant du digital au physique. Son premier gros chantier pour l’asso ? Développer encore plus cette forme de tutorat entre apprentis avec pour objectif, 25 000 jeunes tutorés d’ici fin 2018. Autre chantier important : la création d’un premier label en faveur de l’apprentissage inclusif, afin de valoriser l’engagement des entreprises et des CFA au service des apprentis. Enfin, le nouveau DG souhaite créer le premier réseau d’alumni apprentis français. Celui-ci regrouperait des chefs d’entreprise apprentis, dont on parle souvent peu, et faciliterait les échanges et le dialogue en faveur de l’évolution de l’apprentissage et de l’alternance.

Pour mener à bien ces différents chantiers, Badr Biede s’entoure d’une équipe solide et notamment, d’apprentis et de jeunes ambassadeurs en mission de service civique, pour le tutorat.

“À ce sujet, je tiens à remercier Linda, qui a fait un travail remarquable en tant qu’apprentie chargée du numérique”, précise le jeune homme.

Depuis mai 2017, Sabrina a également rejoint l’équipe en travaillant avec brio sur des dossiers de coaching de jeunes en difficulté. Le lancement officiel de l’antenne Auvergne-Rhône-Alpes de l’ANAF est également en cours, et l’asso va lancer sous peu le recrutement de sa nouvelle promotion de services civiques pour démarrer le projet de tutorat et la nouvelle édition de FTJ.

Grâce à son dynamisme, sa proactivité et son expertise, Badr Biede est bien résolu à faire bouger les choses à l’ANAF. En clair, la rentrée de l’association s’annonce chargée !

 

Les actus de la rentrée de  l’ANAF, en bref

  • Après un travail de longue haleine, l’asso a enfin obtenu un avis favorable pour l’agrément d’intérêt général.
  • L’asso a déposé sa candidature au CESER Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes(Conseil économique, social et environnemental régional) et a pu rencontrer Monsieur le Sous-Préfet, le 15 septembre.
  • Le 19 septembre, l’asso a rencontré l’équipe de Mme Pénicaud, Ministre du Travail, avec pour objectif de contribuer aux concertations autour de la réforme de l’apprentissage.
  • L’asso prépare une enquête de fond sur FTJ, avec pour ambition de capitaliser sur les résultats pour créer un observatoire digital de l’apprentissage. Ce dernier permettra de suivre, accompagner et aider les jeunes apprentis via internet.
Share This