Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

Depuis septembre 2016, l’ANAF propose des missions de service civique auxquelles les candidats peuvent postuler en ligne. Une occasion de réaliser une mission intéressante, porteuse de nombreuses opportunités, parallèlement à une formation en alternance. Qu’est-ce que le service civique et à quoi ressemble la mission de service civique au sein de l’ANAF ?

Qu’est-ce que le service civique ?

En vigueur depuis 2010, le service civique a pour objectif de renforcer la cohésion nationale et de favoriser la mixité sociale, s’adressant aux jeunes de 16 à 25 ans en vue de leur offrir la possibilité de s’engager volontairement dans une mission d’intérêt général pour une durée allant de 6 mois à 1 an. Cette mission peut être réalisée en France ou à l’étranger, dans l’un des neuf secteurs identifiés comme « prioritaires » pour la Nation ; Il s’agit des domaines suivants : l’éducation, la santé, l’environnement, la solidarité, la culture et les loisirs, le développement international et humanitaire, la mémoire et la citoyenneté, les sports, l’intervention d’urgence en cas de crise.

Depuis 2015, le service civique est également ouvert aux jeunes en situation d’handicap de moins de 30 ans.

La mission de service civique est indemnisée à hauteur d’environ 573€ par mois et à raison d’un minimum de 24 h travaillées par semaine.

 

Service civique et alternance : une combinaison gagnante

Le programme lorsqu’il a été instauré, le service civique visait à accompagner les jeunes en décrochage scolaire à réintégrer le système éducatif. Il est aujourd’hui largement répandu et ouvert à tous les jeunes issus de tous les milieux, favorisant ainsi la mixité sociale.

Aujourd‘hui, il est possible de marier service civique et alternance, couplant une formation à la mission de service civique. La formation prend place dans un établissement scolaire, dans des classes de 15 élèves au maximum, chacun se voyant proposer un programme adapté et accompagné par un référent de l’Education Nationale. Au terme du contrat, les participants bénéficient d’une proposition de solution de formation, qu’il s’agisse d’une aide à chercher un emploi ou d’un contrat d’apprentissage et de professionnalisation par exemple.

 

Les avantages du service civique

Expérience enrichissante, le service civique présente de nombreux avantages :

  •   Il permet aux jeunes de vivre une expérience utile et exaltante
  • Il met les jeunes au défi face à leurs compétences et à leurs limites
  • Il propose aux jeunes une indemnisation ajustable ainsi qu’une protection sociale adaptée
  • Il offre un régime de congés annuels
  • La « carte de service civique » est valable pendant 1 an, permettant aux titulaires de bénéficier de certains avantages similaires à ceux qui sont proposés aux porteurs de la carte étudiante
  • Il permet, sous certaines conditions, d’accéder à des aides de Pôle Emploi et de rester inscrit comme demandeur d’emploi de catégorie 4

 

Depuis 2016 : des jeunes effectuent leur service civique au sein de l’ANAF

C’est en septembre 2016 que l’ANAF a accueilli les premiers jeunes en mission de service civique, en vue de les charger d’une tâche importante et valorisante : celle qui consiste à sensibiliser la population quant à la question de l’apprentissage en France, après le Brevet des Collèges. Ainsi, la première promotion de l’ANAF s’est rendue auprès de jeunes collégiens, lycéens, mais également auprès de missions locales et de bureaux information jeunesse afin de leur apporter des informations claires et d’échanger sur les opportunités liées à l’apprentissage.

A l’issue de leur mission, les jeunes qui ont effectué leur service civique au sein de l’ANAF sont extrêmement positifs, ravis d’avoir contribué de manière utile en rendant service tout en bénéficiant d’une rémunération. Erwan Collignon, l’un d’entre eux, va même réaliser son rêve et se payer un voyage au Japon – un objectif qui lui tenait à cœur, d’autant plus qu’il vient de terminer une licence de japonais. Erwan fait part de son regret de ne pas avoir connu l’ANAF plus tôt, considérant l’alternance comme un véritable tremplin permettant d’accéder au marché du travail. Comparant l’alternance au monde de l’université dont il est issu, Erwan parle d’un enseignement « trop théorique » en université, mettant en avant les bénéfices de la pratique acquise par le biais de l’apprentissage. Fier d’avoir agi au service du collectif, il envisage également de suivre une formation en apprentissage, une fois de retour de son voyage au Japon…