Emmanuel Macron a pris la parole, ce lundi 10 décembre, suite aux manifestations et à la colère exprimée par le mouvement des gilets jaunes. Ce dernier a annoncé des gestes sociaux, dont la hausse de la prime d’activité qui bénéficiera à un certain nombre d’apprentis. Dans son discours, il émet notamment le voeu de développer l’apprentissage pour “bâtir une France du mérite, du travail”.


Hausse de la prime d’activité, une bonne nouvelle face à l’arrêt des aides régionales

L’Association Nationale des Apprentis de France (ANAF) ne peut que se réjouir de la hausse de la prime d’activité qui concerne également les apprentis. Cette aide apporte un complément significatif dans leur budget : les alternants doivent concilier toutes les dépenses inhérentes à un étudiant mais aussi à celle d’un salarié.

Dans le contexte actuel de réforme de l’apprentissage, une hausse des revenus des apprentis est la bienvenue. En effet, les régions n’ayant plus la compétence de l’apprentissage, elles ont, pour beaucoup, annoncé l’arrêt de différentes aides (transports, hébergement, restauration, premier équipement, culture, santé…). Les opérateurs de compétences (OPCO) devraient prendre le relai. Néanmoins, l’ANAF n’a encore aucun élément sur ces futures aides, quand bien même certaines régions sont déjà prêtes à arrêter les versements. L’association renouvelle donc ses inquiétudes quant au pouvoir d’achat des apprentis suite à la réforme.

Bien que la hausse de la prime d’activité soit la bienvenue, elle ne concerne qu’un certain nombre d’apprentis. Beaucoup de critères conditionnent l’accès à la prime d’activité : avoir plus de 18 ans, gagner plus de 78% du SMIC, avoir travaillé au moins trois mois. L’ANAF reste préoccupée par la situation économique de l’ensemble des apprentis et des mesures doivent également être prises pour ceux qui ne bénéficient pas de la prime d’activité.

A PROPOS DE L’ANAF
L’ANAF est la première structure en France de représentation des apprentis et de leurs intérêts. Elle a également pour but de promouvoir l’apprentissage auprès des étudiants et de leur famille. Son rôle se poursuit ensuite, puisque l’association renseigne, aide et accompagne les apprentis tout au long de leur parcours. En 2017, 390 100 jeunes ont porté intérêt à l’association. Elle est dirigé par un conseil d’administration de 5 anciens ou actuels apprenti et compte 3 salariés et 5000 membres. Elle fait partie du Conseil d’Orientation des Politiques de Jeunesses, placé auprès du Premier Ministre, pour représenter les apprentis. Elle fait partie du CESER Auvergne-Rhône-Alpes. L’association est d’intérêt général.

www.francealternance.frfacebook.com/assoanaf@anaf_fr