Après avoir annulé quatre réunions de travail et reporté la plénière de présentation du rapport qui sera remis au gouvernement, Sylvie Brunet a présenté hier son rapport aux organisations participant aux concertations. L’Association Nationale des Apprentis de France (ANAF) note que de nombreuses recommandations sont positives. Cependant, quelques points demandent une certaine vigilance.

Permettre une meilleure orientation

L’ANAF avait placé l’orientation comme première proposition, et donc comme levier prioritaire pour notre jeunesse et les futurs apprentis. La création du module obligatoire de sensibilisation à l’apprentissage des enseignants apparaît comme une bonne chose, malheureusement, il n’est pas prévu que l’apprentissage soit présenté aux élèves. L’association espère que le gouvernement précisera ce point afin que chaque jeune ait eu une présentation de la formation par apprentissage pendant son parcours au collège. De plus, il est prévu une à deux journées de présentation des métiers, c’est une très bonne mesure mais qui apparaît comme trop légère : il faut prévoir des temps réguliers de présentation de la diversité des métiers.

Simplifier le contrat d’apprentissage

Le rapport propose le droit à l’erreur de l’apprenti en permettant au jeune de démissionner : c’est une très bonne chose. Le problème actuel est récurrent et l’ANAF le rencontre tous les jours. L’association est consciente du fait qu’il faille également apporter un peu de souplesse pour les employeurs : la suppression du passage par les Prud’hommes peut paraître une bonne mesure, également dans l’intérêt de l’apprenti, mais l’intervention préalable d’un tiers de l’entreprise doit être couplée à la présence d’un membre du CFA de l’apprenti.

Des mesures qui feront avancer l’apprentissage en France

L’association note un nombre important de mesures qui, si elles sont reprises par le gouvernement, pourront permettre de faire avancer la formation par apprentissage. Parmi celles-ci, il apparaît important de souligner de prévoir le financement de la formation en CFA à un jeune sans contrat (début d’année ou rupture), de préparer les apprentis au monde de l’entreprise et de les informer sur leurs droits et devoirs (l’ANAF dispense déjà le module “Droits, devoirs et posture” au sein des CFA). La simplification des aides, couplée à la revalorisation du salaire des apprentis, va permettre de lever les freins liés au transport et à l’hébergement, inhérents à la formation par apprentissage.

La gouvernance laissée de côté

La concertation sur l’apprentissage a été très mouvementée pour finir, suite au départ des Régions puis à la mise en suspens des négociations par le patronat. L’ANAF a rencontré le MEDEF et rencontrera les Régions de France le 6 février afin de connaître les projets de chacun mais également dans le but de prendre des garanties pour la vie des apprentis. Dans ce bras de fer, les apprentis ont été laissé de côté, l’association a alerté la Ministre du Travail face à cette situation inquiétante. L’ANAF est toujours en attente d’une réponse du Ministère.

 

A PROPOS DE L’ANAF

L’ANAF est la première structure en France de représentation des apprentis et de leurs intérêts.

Elle était présente lors de l’ouverture des concertations, en tant que représentant des apprentis. Elle participera à toutes les réunions de travail et à toutes les plénières sur la réforme de l’apprentissage. Elle participera à la rédaction du rapport qui sera rendu au Gouvernement.

Elle a pour but de promouvoir l’apprentissage auprès des étudiants et de leur famille. Son rôle se poursuit ensuite, puisque l’association renseigne, aide et accompagne les apprentis tout au long de leur parcours. En 2017, 390 100 jeunes ont porté intérêt à l’association. Elle est dirigé par un conseil d’administration de 5 anciens ou actuels apprenti et compte 3 salariés et 3 services civiques.

Elle fait partie du Conseil d’Orientation des Politiques de Jeunesses (COJ) et du Comité d’Action Publique 2022 (CAP 22), placés auprès du Premier Ministre, pour représenter les apprentis. Elle fait également partie du CESER Auvergne-Rhône-Alpes.

www.francealternance.frfacebook.com/assoanaf@anaf_fr

Contacts presse

Aurélien CADIOU, Président, aurelien.cadiou at francealternance.fr

Badr BIEDE, Directeur général, badr.biede at francealternance.fr