À 24 ans Aurélien Cadiou vient d’être nommé Président de l’ANAF. Avec près de 10 ans d’apprentissage derrière lui et un investissement fort dans l’association, le jeune homme a pour ambition de faire bouger les lignes de l’alternance en France.

L’année 2018 commence tambours battants à l’ANAF. Première nouveauté : la refonte du conseil d’administration. “Notre bureau est aujourd’hui composé de trois personnes : Alan Flejo, Frank Falusi et Margot Duarte, qui nous a rejoints”, détaille Aurélien Cadiou, récemment élu président de l’asso.

Ce nouveau mandat, Aurélien Cadiou compte l’honorer en axant ses actions sur deux chantiers prioritaires : 

“en premier lieu, j’entends travailler sur le développement de l’association en région. Cela nous permettra non seulement d’aller à la rencontre des apprentis en dehors de l’Ile-de-France mais aussi de diversifier nos ressources financières et de sécuriser nos finances”, affirme le jeune homme.

Quant au deuxième chantier, il consiste en une représentation effective des apprentis.

“En France, les apprentis n’ont pas réellement de représentants officiels, notamment sur la scène politique. Nous allons travailler durement sur ce chantier afin d’être reconnus, avec l’ANAF, comme l’entité n°1 représentante des apprentis dans le pays”.

Lui-même ancien apprenti, Aurélien Cadiou est également le tout premier délégué régional de l’association. Dans la continuité des actions menées en Ile-de-france, il a la ferme intention de faire découvrir les avantages de l’alternance aux apprentis de la région Auvergne – Rhône-Alpes, notamment aux plus jeunes.

“Nous allons faire la promotion de la filière apprentissage dans les collèges et les lycées”, explique-t-il. Nous allons également travailler sur le module Droit, Devoir et posture, afin de donner aux apprentis auvergnats-rhônalpins les clés pour adopter la posture attendue lors de leur passage en entreprise. Enfin, nous allons créer un conseil régional des apprentis. Nous réunirons 15 à 20 apprenants une à deux fois par an. Ils siégeront à la région et participeront à des travaux sur l’apprentissage tout au long de l’année”, ajoute-t-il.

L’objectif de cette dernière démarche est de permettre aux apprentis de donner leur avis sur les politiques régionales qui concernent l’apprentissage, en travaillant sur des problématiques précises (comme le logement des apprentis, par exemple).

Forte de ce nouvel entrain, l’association était présente à la plénière d’ouverture de la concertation sur l’apprentissage, qui s’est tenue fin 2017. Elle continue aujourd’hui de s’investir dans tous les groupes de travail sur ce sujet, chaque semaine. Cet investissement est très important pour Aurélien Cadiou :“le gouvernement va voter un projet de loi au printemps et nous avons notre rôle de représentation à jouer. Nous devons défendre les intérêts des apprentis.”.

En menant à bien l’ensemble de ces chantiers passionnants, le nouveau président de l’ANAF, Aurélien Cadiou, apportera unenouvelle dynamique à l’association. Un vent de renouveau qui tombe à pic pour bien démarrer l’année !

 

À lire aussi :

– Rencontre avec Badr Biede, DG de l’ANAF

– Aurélien Cadiou, « A 24 ans j’aurai 9 ans d’expérience professionnelle derrière moi! »