A 22 ans, Aurélien Cadiou est un élève pas comme les autres. Depuis 7 ans, le jeune homme, aujourd’hui en école d’ingénieurs, et nommé Délégué Régional Région Rhône-Alpes – Auvergne à l’ANAF, a jusqu’ici obtenu tous ses diplômes en alternance. Retour sur un parcours hors du commun mais qui porte ses fruits, avec le principal intéressé.

aurelien-cadiou-anafAurélien, tu es aujourd’hui en école d’ingénieur à Grenoble… Avant cela, tu as déjà obtenu plusieurs diplômes, tous, en alternance. Peux-tu nous détailler un peu ton parcours ?

Bien sûr ! J’ai commencé par un BEP « Métiers de l’électrotechnique », que j’ai intégré en 2008. Je suivais un apprentissage d’électricien, et je suis sorti Major de l’académie de Grenoble. J’ai poursuivi par un Bac Pro électrotechnique « énergie-équipement-communicant », toujours en apprentissage, bien sûr. En 2012, j’ai intégré un BTS Conception et Réalisation de Systèmes Automatiques en alternance. Et, je suis aujourd’hui élève ingénieur à Valence, où je suis une formation Électronique, Informatique et Systèmes avancés, également en apprentissage.

L’alternance t’a suivi tout au long de ton parcours… Pourquoi as-tu fais ce choix ?

Je suis passionné d’électricité depuis mon plus jeune âge. Après mon stage de troisième avec un électricien du bâtiment, j’ai fait le choix de l’apprentissage. Ce n’a pas été simple, puisqu’à l’époque, l’équipe pédagogique de mon collège souhaitait me faire continuer en voie générale. Mais j’étais certain de ce que je voulais faire. Et puis, je voulais surtout être formé au plus près du métier de mon choix. L’apprentissage, c’est le travail de terrain, et c’est ça, qui est réellement intéressant.

Aujourd’hui, tu prépares ton quatrième diplôme consécutif en alternance. Quelle est selon toi la vraie valeur ajoutée de ce modèle de formation ?

Je crois que le constat est clair : mon expérience professionnelle, accumulée depuis toutes ces années, jouera forcément en ma faveur auprès de mes futurs employeurs. Je serai diplômé d’une école d’ingénieur dans deux ans. J’aurai alors 24 ans, 9 années d’expérience professionnelle derrière moi, dans 5 entreprises différentes, tout en ayant des diplômes. L’alternance permet de gagner un grand nombre d’années d’expérience et, du coup, d’obtenir un poste à responsabilités à la fin de ses études, ce que ne permet pas toujours un diplôme suivi par la voie « classique »…

Justement… Parle-nous un peu de toutes ces expériences en entreprises… Que t’ont-elles apporté, comment les as-tu vécues ?

En 7 ans, j’ai eu l’occasion d’accéder à différents postes : électricien du bâtiment, technicien, chargé d’études en automatisme et robotique, responsable de projets industriels. Il s’agit globalement d’excellentes expériences. Les entreprises dans lesquelles j’ai travaillé en tant qu’apprenti ont toujours été à mon écoute, et leurs employés ont toujours cherché à me transmettre leur savoir précieux. J’ai pu y apprendre beaucoup, et cela m’a permis d’avoir aujourd’hui une bonne vision du monde du travail.

En règle générale, en entreprise, nos maîtres d’apprentissage nous font de plus en plus confiance. L’autonomie s’acquiert progressivement, les apprentis prennent de plus en plus d’initiatives, jusqu’à devenir de vrais professionnels, au même titre que tous les autres employés de l’entreprise.

A quel type d’avenir te destines-tu, après ton diplôme ?

Avec ce diplôme d’ingénieur, j’ai envie de poursuivre dans le monde de l’industrie et dans la conception de machines de production. Peut-être qu’un jour j’aurais l’occasion de créer mon propre bureau d’études… Nous verrons !

Share This